Didacto est ouvert et continue à expédier dans toute la France

La Méthode de Singapour

En savoir plus...

La méthode de Singapour, qu’est-ce que c’est ?

Photo
Méthode de Singapour

C’est malheureusement devenu banal : alors que la France chute régulièrement dans les classements internationaux évaluant, pays par pays, le niveau des élèves en sciences, les élèves de Singapour se sont imposés comme les meilleurs du monde en mathématiques (étude PISA, Etude TIMSS - Trends in International Mathematics and Sciences Studies).

Un miracle ? Non, une méthode, la fameuse « Méthode de Singapour » une méthode de mathématiques complète pour le primaire, inspirée des livres conçus par le Ministère de l’Education de Singapour, utilisée aujourd’hui dans plus de soixante pays… et pas moins de 2000 écoles en France. Alors : dernier concept à la mode, ou méthode révolutionnaire ?

En quoi consiste la méthode de Singapour ?

Le principe est simple : les notions (addition, multiplication, fractions, nombres décimaux, etc.) sont étudiées en profondeur, à l’aide de problèmes à résoudre, jusqu’à ce que les élèves les maîtrisent complètement.

Passer du concret à l’abstrait
Dessiner des modèles
Progresser par petites touches

La Méthode de Singapour, évolution ou révolution ?

La méthode de Singapour ne prétend pas révolutionner l’enseignement des mathématiques. D’ailleurs, les programmes de l’éducation nationale s’articulent d’ores et déjà autour de verbes d’action (chercher, modéliser, représenter, raisonner, communiquer, calculer…) qui rejoignent parfaitement l’approche de Singapour !

Rien de révolutionnaire à tout ça, donc, mais la grande qualité de la méthode réside précisément dans le bon équilibre entre tous les ingrédients (verbalisation, manipulation, modélisation, problèmes ouverts, travail collaboratif, etc.) et dans la progression bien pensée des objectifs didactiques, au cours d’une année et d’année en année.

Au final, la Méthode de Singapour aborde la notion essentielle : « Que signifie l’apprentissage des mathématiques en primaire ? ». Là où l’enseignement traditionnel se focalise sur le « comment » (comment additionner, comment trouver une fraction équivalente, etc.), l’idée qui sous-tend la Méthode de Singapour est plutôt qu’il faut enseigner aux enfants à penser mathématiquement, à résoudre des problèmes stimulants, à représenter des notions de façons multiples, à communiquer leurs idées… évident, non ?